Avignon 2005

Accueil Avignon05 photos

JOURNEES DES RESPONSABLES

 

J. Y. Langanay

VILLENEUVE LES AVIGNON

30/09 – 1 et 2/10/2005

   
 

Les journées 2005 ont rassemblé 55 militants provenant de 14 académies dans une ambiance conviviale, studieuse et productive. Mistral et ciel bleu offraient les charmes de l’automne provençal.

 

Après l’accueil des nouveaux, le président José FOUQUE ouvrait les travaux par le point sur l’organisation de la journée du Sénat  2006.

Journée du Sénat

 
 

Nos partenaires valident le thème que nous leur proposons : « la légitimité de l’Ecole dans une société en crise ».

L’organisation de la journée est proposée ainsi :

-         ouverture par une conférence d’un historien, sur la crise de l’Ecole (Claude LELIEVRE ? Vincent TROGER ?)

-         première table ronde sur le thème de la crise avec un sociologue, un économiste, un politologue et un pédagogue

-         deuxième table ronde présentant des réformes réussies, avec des acteurs de terrain

-         un politique interviewé par un sociologue.

(nos partenaires proposent Azouz BEGAG interrogé par Georges FELOUZIS. Le débat marque une perplexité d’E&D sur Azouz BEGAG : risque de fuite vers un débat entre sociologues – situation ambiguë d’Azouz BEGAG au sein du gouvernement (alibi) – doutes sur ses capacités de propositions. Le bureau est mandaté pour faire d’autres propositions plus toniques, par exemple MEIRIEU / DARCOS ou BAYROU/ Ségolène ROYAL.

Salon de l’Education

 

 

Claude REBAUD animera une simulation de conseil de classe le jeudi 24 novembre.

Préparation du colloque 2006

 

 

Deux invités viennent ouvrir nos travaux.

 

Françoise LORCERIE, directrice d’un laboratoire de recherche sur le monde arabe et musulman vient nous présenter les résultats de sa dernière recherche sur « les identités sociales des lycéens marseillais » (cf. résumé distribué aux participants et mis en ligne : http://education.devenir.free.fr/colloque2006.htm).

 

Jean-Charles CAYLA, nouvel IA DSDEN du Vaucluse nous fait part des réflexions que lui inspire notre souhait de porter des « regards croisés sur les élèves ».

Avec verve, brio, profondeur et humanité il examine précisément le regard porté par les enseignants sur les élèves et appelle à mesurer les risques engendrés par une trop forte séparation entre didactique et pédagogie, une difficulté à passer du regard sur l’enfant au regard sur l’élève.

Il nous invite également à réfléchir au regard porté par les élèves sur les professeurs, à s’intéresser au regard spécifique des CPE, documentalistes et tout particulièrement des ATOSS (cf Alain SAVARY : « tout adulte qui travaille dans un établissement scolaire est un éducateur ».

Il passe ensuite au regard des parents sur les enseignants (du malentendu au conflit) et des parents sur les élèves oscillant d’une attitude très critique et sévère à une attitude fusionnelle et complaisante.

Il conclut par le regard des élèves sur eux-mêmes avec l’importance du renforcement positif (Monteil) et l’obligation de distinguer ce qu’ils font de ce qu’ils sont.

 

En assemblée plénière nous débattons de l’organisation du colloque des 31 mars, 1er et 2 avril 2006.

Le projet initial prévoit une co-organisation avec l’ESEN et le choix de La Rochelle.

La discussion fait apparaître une évolution de l’investissement de l’ESEN dont les moyens financiers sont drastiquement à la baisse et l’absence de prise en charge de la restauration par le lieu d’accueil sollicité (lycée hôtelier). De plus, il n’y a pas de militants locaux pour la prise en charge de l’organisation matérielle.

L’accord se dégage pour une solution alternative : ROUEN en proposant à l’ESEN de poursuivre le projet de coopération.

 

Une première discussion s’engage sur le titre du colloque et sa problématique.

Le titre initial : « Mieux connaître les élèves » ne fait pas l’unanimité et mérite d’être affiné.

La problématique fait émerger de nouvelles propositions par rapport au projet initial très influencé par la crise lycéenne du printemps 2005 :

-         articuler connaissance des élèves et réussite scolaire :

-         sortir de l’élève au singulier pour viser les élèves dans leur pluralité ;

-         opérer les synthèses au-delà des regards croisés en se gardant de l’illusion « panoptique » de tout englober et d’enfermer le sujet (regard croisé ou tir croisé ?) ;

-         interroger l’évolution des médias, tout particulièrement les radios jeunes, dans notre regard sur les élèves ;

-         conserver l’équilibre entre interventions universitaires visant à améliorer notre connaissance et ateliers visant des pratiques positives ;

-         intégrer la dimension handicap de manière positive ;

-         interroger les conséquences des modes d’évaluation (ANTIBI)

Ce premier débat permet ensuite de lancer un travail en  ateliers d’où émergent les propositions suivantes :

 

Titre

 

Qui sont les élèves aujourd’hui ?

Croiser les regards en vue de la réussite scolaire

 

Eléments de problématique

 

-         Mieux définir la réussite (les réussites) personnelle et scolaire ;

-         Le croisement des regards en vue de la réussite ;

-         La diversité des points de vue ;

-         Les risques liés au croisement des regards ;

-         Les enjeux sociaux et politiques ;

-         L’articulation groupe et individu ;

-         L’articulation regards et pratiques ;

 

Thèmes possibles de conférences :

 

-         les nouveaux langages des jeunes, les nouveaux codes sociaux ;

-         au-delà de l’autobiographie ;

-         les groupes sociaux au-delà des clichés ;

-         réussite scolaire et réussite personnelle,

-         regard d’un sociologue sur « qui sont les élèves aujourd’hui ».

 

Propositions d’ateliers :

 

1.     LILLE :

Les regards des acteurs autour de l’élève sont des regards tronqués, saturés d’attentes et de représentations.

 

2.     LYON

Les élèves à besoins pédagogiques particuliers : une chance pour tous les autres.

 

3.     PACA

Les risques de dérives

 

4.     GRENOBLE

Le conseil de classe vu par différents acteurs ou partenaires de l’école : regarder pour mieux évaluer

 

5.     BORDEAUX / AMIENS / DIJON

Croiser les regards et co-animer l’activité pédagogique éducative

 

6.     LYON

Regards réciproques : l’élève nous regarde aussi !

Programmation des cahiers

 

 

Programmation des cahiers

 

Sont programmés pour parution prochaine :

-         les actes du Sénat 2005

-         les actes du colloque de Lyon

-         les élèves en situation de handicap (NICE)

-         l’éducation artistique : une ambition impossible ? (André ROUX)

-         les dispositifs d’aide aux élèves (Françoise CLERC)

 

Une nouvelle séance de remue méninges fait apparaître thèmes et possibilités d’engagement :

 

-         l’évaluation (PARIS)

-         les nouvelles exigences de la vie scolaire (GRENOBLE)

-         le redoublement (LYON)

-         le socle commun

-         le partage des compétences

-         la définition du service des enseignants

-         la formation initiale et continue des enseignants

-         l’individualisation (ex : PPRE) : enjeux et dérives

-         LOLF, projet et contractualisation

-         L’éducation politique et les jeunes

-         Le conseil pédagogique

Animation de la vie associative : les groupes académiques  

 

Le secrétaire général, Yves ROLLIN  présente un état des lieux sous forme de typologie :

-         trois académies avec beaucoup d’adhérents et d’activités : LYON, ROUEN, AIX-MARSEILLE

-         des académies aux situations diverses : fluctuation des forces militantes et des correspondants académiques – des activités ponctuelles – des potentiels à réactiver:  BORDEAUX. TOULOUSE. GRENOBLE. LILLE. PARIS/ VERSAILLES / CRETEIL. NANTES. DIJON. AMIENS. MONTPELLIER. NICE…

-         des académies où E&D n’existe pas ou plus : REIMS. BESANCON. STRASBOURG. NANCY-METZ. ORLEANS-TOURS. RENNES. CORSE

 

Ateliers et débats en plénière font émerger quelques pistes :

 -         développer la capacité à communiquer régulièrement grâce aux listes de diffusion (institutionnelles ou associatives selon les cas)

-         diversifier les modes de financement des activités

-         développer les partenariats

-         préciser le rôle des correspondants académiques et leur relation au national

-         faire remonter des articles sur la vie des académies

-         mutualiser les ressources pour les animations/ conférences

-         mettre de la documentation à disposition des sympathisants

-         préciser la distinction entre site ouvert aux adhérents et site grand public

-         sur le site grand public, mettre l’accent sur l’adhésion

-         relancer l’adhésion des établissements…etc.

 

Parallèlement aux journées le bureau a travaillé sur sa participation à la prochaine édition du « Livre bleu des personnels de direction ».